Emoţia comună a unei cărţi – Jurnal ilustrat 68

En fait, on ne sait jamais si une lecture muette est préférable à une lecture à mi-voix. Parce qu’une « lecture muette » (sans signes extérieurs de son existence) n’est nullement exempte du grondement intérieur de cette voix inlassable qui l’accompagne.

jurnal-68-1

Qu’on griffonne à côté des phrases nos propres idées ou qu’on ne le fasse pas, par respect du papier ou par paresse, on n’arrive point à faire taire cette voix… Elle est intarissable…

jurnal-68-2

L’expérience d’une lecture est – toujours – celle d’un alliage : le moi silencieux du lecteur qui se fond dans le moi silencieux de l’auteur. Les mois sont doubles, les émois, communs.

(Alex Leo Serban, La planète Proust. Esquisse d’un journal de lecture, Paris, Éditions Non Lieu, 2013)

jurnal-68-3

Lasa un comentariu

Adresa ta de email nu va fi publicată. Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *